Torrent

Essais et Conférences – Heidegger [pdf] URL Raccourcie


Essais et Conférences – Heidegger [pdf]





Parmi les divers textes de ce recueil paru en français en 1958, signalons le premier, « La question de la Technique »



• Présentation par l'éditeur : Ce livre est l'une des œuvres maîtresses de Heidegger, celle où l'abondance et l'originalité des vues, la hauteur poétique du langage s'affirment avec le plus de maîtrise et d'aisance. Dans ces Essais et conférences, les sujets affrontés s'enchaînent avec une inexorable nécessité. La science qui poursuit et harcèle la nature, la technique qui la met à la raison pour mettre en sûreté des “fonds”, à quel appel de l'Être obéissent-elles ? Comment l'homme habite-t-il aujourd'hui sur terre et qu'est-ce pour lui qu'habiter ? Où prend-il les mesures de son habitation et de sa pensée et de l'Être, de l'Être et des choses qui sont, des choses et du monde ? Ainsi peu à peu le cercle se resserre autour des questions essentielles. Dans des textes qui se situent dans le même horizon de pensée que Chemins qui ne mènent nulle part, les questions se pressent et se croisent, nous conduisant non à des réponses, mais à des échappées et à des perspectives.

***

• Sommaire :

Préface (par Jean Beaufret)
Avant-Propos
I. La question de la technique / Science et méditation / Dépassement de la métaphysique / Qui est Zarathoustra de Nietzsche ?
II. Que veut dire “penser” ? / Bâtir, habiter, penser / La chose / “L'homme habite en poète...”
III. Logos (Héraclite, fragment 50) / Moîra (Parménide, VIII, 34-41) / Alèthéia (Héraclite, fragment 16)


***

• Compte-rendu (par Francis Wybrands) : Les onze textes recueillis dans ce volume, regroupés en trois massifs distincts et cependant secrètement reliés entre eux, constituent certainement la meilleure introduction à la seconde pensée de Martin Heidegger (1889-1976) pour reprendre la distinction devenue classique depuis la thèse de W. Richardson (1963). C'est en 1954 que paraissent les Vorträge und Aufsätze, qui seront traduits en français par André Préau, avec une Préface de Jean Beaufret, en 1958. Après la publication d'Être et Temps en 1927, l'épisode politique des « sombres temps », la poursuite acharnée d'un travail de lecture à nouveaux frais de toute la tradition philosophique, Heidegger, au cours des années 1950, après sa réintégration au sein de la communauté universitaire livre, sous forme de conférences ou d'essais parus dans des recueils d'hommage, le fruit désenchanté de ses recherches. « L'action seule ne changera pas l'état du monde, parce que l'être sous son aspect d'efficacité et d'activité rend tout l'étant aveugle en face de ce qui a lieu. »

I - « L'essence de la technique n'est rien de technique »

La méditation sur l'essence de la technique, celle sur l'habiter poétique de l'homme, les limites de la métaphysique et de son possible dépassement, la remontée aux origines de la pensée occidentale lient ces textes en un rapport essentiel. Pour Heidegger, la technique, telle qu'elle se déploie dans la modernité à l'échelle de la planète entière, est complice, quant à son essence, de l'essence impensée de la métaphysique. Complicité difficile, lisible seulement à partir d'une prise en considération de l'histoire de l'être identifiée à l'histoire de la métaphysique, telle qu'elle trouve son départ chez ceux que l'historiographie appela les « présocratiques » (avant tout Héraclite et Parménide, auxquels les trois derniers textes du livre sont consacrés), et sa fin dans la pensée nietzschéenne de « la volonté de puissance » et de « l'éternel retour » (Qui est le Zarathoustra de Nietzsche ?).

« L'essence de la technique n'est rien de technique », c'est « la métaphysique poussée jusqu'à son terme », répète la conférence de 1953 (La Question de la technique). Toute conception « instrumentale ou anthropologique » qui ferait de la technique un moyen disponible en vue de fins ou simplement une « activité de l'homme » est récusée comme insuffisante. Son essence à la fois « pro-vocante » et « arraisonnante » – mise en demeure de la nature « à livrer une énergie qui puisse comme telle être extraite et accumulée », et assignation à poser la nature comme « complexe calculable de forces » – n'est que la dernière figure d'une puissance de dévoilement inscrite aux origines impensées de la tradition occidentale. De la technè des Anciens à la technique moderne il y aura eu mutation, absolutisation de la calculabilité du monde et de son règne sans partage.

II - Un « habiter » poétique et pensant

Cette possibilité en train de devenir monde, même si elle est « destinale », n'est cependant pas la seule. Science, mathématique, technique sont des ouvertures au monde et à la terre qui le porte. Habiter, méditer, poétiser convoquent, eux, des possibilités autres d'être au monde. S'y fait jour un mode méditant et non plus seulement calculant : modalités non finalisées par des prises en vue techniques des choses, façons multiples d'habiter et de bâtir qui témoignent de rapports qualitativement hétérogènes à un espace qui ne saurait se réduire à celui qu'impose la géométrie. Le langage poétique, loin d'être un usage dérivé de celui-ci, se met à l'écoute de cet espace « autre ». La parole de Hölderlin : « ...l'homme habite en poète... », qui sert de motif à une conférence de1951, donne lieu à une méditation sur un « habiter » inscrit à la croisée de ce que Heidegger nomme les « Quatre du monde » : terre, ciel, divins, mortels. L'homme fait partie du « jeu des Quatre ». Il convoque les choses par son langage. D'où le rôle central assigné à la poésie : « L'homme parle seulement pour autant qu'il répond au langage en écoutant ce qu'il lui dit. Parmi tous les appels que nous autres hommes pouvons contribuer à faire parler, celui du langage est le plus élevé et il est partout le premier. Le langage nous fait signe et c'est lui qui, le premier et le dernier, conduit ainsi vers nous l'être d'une chose. »

Avec les Essais et conférences, Heidegger s'est engagé sur une voie que beaucoup refuseront de suivre, voire de comprendre. Mais quoi qu'il en soit des lectures du penseur de Fribourg-en-Brisgau – et l'on sait que « toute pensée essentielle traverse intacte la foule de ses partisans et de ses adversaires » – ce seront ces textes et ces thèses qui susciteront le plus de commentaires critiques, traduisant tous un certain désappointement. Vision nostalgique d'un passé à jamais révolu, poétisation d'un monde disparu, crainte des techniques et de la modernité... tout aura été dit, empêchant par là même l'accès au dire d'une pensée poétiquement enracinée dans sa langue, soucieuse des soubresauts du temps, tendue vers de nouveaux possibles, et créatrice de formulations inédites.


***

• Sur l'auteur : Martin Heidegger (1889-1976) est un philosophe allemand. D'abord disciple d'Edmund Husserl et de la phénoménologie, il s'achemine rapidement vers la question de l'être ou ontologie. Après ce qu'il appelle lui-même le « tournant » de sa pensée (années 1930), il s'intéresse tout particulièrement aux présocratiques et développe les bases de ce qui deviendra, avec Gadamer, l'herméneutique. Auteur d'Être et Temps (Sein und Zeit), Heidegger est considéré comme l'un des philosophes les plus influents du XXe siècle : sa démarche a notamment influencé la philosophie existentialiste, la phénoménologie ultérieure, la philosophie postmoderne, l'herméneutique allemande, ainsi que d'autres sciences humaines comme la théologie et la psychanalyse.

***

• De Heidegger sur t411 :

* Chemins qui ne mènent nulle part (1962)
* Être et temps (1985)


• Sur Heidegger sur t411 :

* Cahier de l'Herne (1983)
* Entretien avec Jean Beaufret (audio, 1983)
* Heidegger et le problème de la mort (C. Ciocan, 2014)
* Heidegger, L'œuvre philosophique expliquée (audio, L. Ferry, 2009)
* Heidegger, Les Illusions De La Technique (audio, L. Ferry, 2014)



Titre : Essais et Conférences
Auteur : Martin Heidegger
Traducteur : André Préau
Éditeur : Gallimard
Collection : Tel
Date de publication : 1980
Format : PDF
Langue : Français
Nombre de pages : 363
Nombre de fichiers : 1
Total du post: 49,6 Mo

LIENS DE TÉLÉCHARGEMENT

Télécharger Essais et Conférences – Heidegger [pdf] URL Raccourcie gratuitement

Cliquez ici pour télécharger la version FRANCAISE



TÉLÉCHARGER Essais et Conférences – Heidegger [pdf] AVEC USENET (ANONYME&RAPIDE) 14 jours gratuits

↓↓↓ Essais et Conférences – Heidegger [pdf]  ↓↓↓
 
Seeders 70 Leechers 0 Téléchargements 471
 
Télécharger Dire merci! Signaler
Voir la liste des membres qui vous remercient
↑↑↑ Essais et Conférences – Heidegger [pdf]  ↑↑↑

Informations

Nom Essais et Conférences – Heidegger [pdf]
Torrent Essais et Conférences - Heidegger.pdf.torrent
Catégorie Livres
Taille totale 49.68 MB
Info Hash 237d1bf1b1e34a057c6e06cb1254f6a4ff282190
Uploadé par BBetty
Uploadé le 2017-02-18 22:43:31 (+00:00)
Visites 569
évaluation 4.9/5 (22 votes)

Liste des Fichiers

Path Size
Essais et Conférences - Heidegger.pdf 49.68 MB

Voir le NFO

*******************************************************************************
                     Essais et conferences - Martin Heidegger
*******************************************************************************

-------------------------------------------------------------------------------
                              General Information
-------------------------------------------------------------------------------

Detail de l'upload
Format : pdf
Langue : Francais
Nombre de pages : 363
Nombres de fichiers : 1
Taille : 49,6 Mo

-------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------

Ajouter un commentaire

mouhamousbeya

Ah merci beaucoup Betty. C'est toujours un plaisir de visiter votre profil et d'y télécharger vos posts philosophiques. Plein de bonnes choses à vous, et bon dimanche

 
Loading...