Torrent

Cahiers du Cinéma N°731 (Mars 2017) PDF URL Raccourcie





Présente



Cahiers du Cinéma N°731 (Mars 2017)




_______________________________________________




Parution : Mars 2017
Nombre de pages : 100


Les Cahiers du Cinéma sont une revue de cinéma française créée en avril 1951 par André Bazin, Jacques Doniol-Valcroze, Joseph-Marie Lo Duca et Léonide Keigel.
L'histoire des Cahiers est en partie liée avec celle du Septième Art, notamment en raison d'une génération de cinéphiles enthousiastes et provocateurs qui donnèrent naissance à la Nouvelle Vague, en instaurant préalablement la politique des auteurs.
Les jeunes cinéphiles Jean-Luc Godard, François Truffaut, Éric Rohmer, Jacques Rivette, Claude Chabrol et bien d'autres y écrivent leurs premières critiques, avant de devenir cinéastes.





COMPOSER POUR LE CINÉMA

Par Stéphane Delorme

Il y a trois ans notre couverture d’été réclamait « De la lumière ! » et les Cahiers allaient à la rencontre des chefs opérateurs. Pour ce numéro de mars, de la musique avant toute chose, et place aux compositeurs. Pourquoi ? Parce que l’effet Tarantino de la BO jukebox s’est émoussé et qu’on vit aujourd’hui un regain de la musique originale. L’évolution du travail de Cliff Martinez et Nicolas Winding Refn est symptomatique, depuis la compilation brillante de Drive, où la musique lie les morceaux préexistants, jusqu’à celle, magistrale, pour The Neon Demon, dégageant la musique dans toute sa netteté et sa démence. Cela ne veut pas dire qu’une musique originale est forcément préférable. Contre-exemple absolu, notre film préféré de 2016, Toni Erdmann, est un film sans musique, seulement ponctué par deux chansons in extenso, la reprise de Whitney Houston par l’héroïne et Plainsong des Cure tombant comme un rideau au générique final. Mais la dominante de ces dernières années, c’est bien plutôt le champ régénéré de la musique originale, faite pour le film, tant des BO spectaculaires sont apparues, souvent signées par des transfuges du rock, de la pop ou de l’électro pour donner une vigueur nouvelle aux films : Jonny Greenwood (Radiohead) pour Paul Thomas Anderson, Mica Levi (Micachu) pour Under the Skin et Jackie.

L’enjeu est essentiel pour les jeunes cinéastes français. Il y a eu un effet French Touch à la fin des années 2000, porté par le succès de la musique électronique française. Le cinéma de Quentin Dupieux (accompagné aussi de Sébastien Tellier, de Sebastian ou de Tahiti Boy) a été le détonateur, suivi par Flairs (Les Beaux Gosses), Rob (Belle épine), M83 (Les Rencontres d’après minuit) : en 2010, nous notions ce compagnonnage inédit et passionnant entre musiciens électro et cinéastes qui n’est allé qu’en s’accentuant. Partout il y a cette envie de musique originale avec des croisements inattendus qui nous éloignent des sempiternelles notes de piano qu’on entendait tant il y a dix ans : Eva Husson est allée chercher l’Américaine Morgan Kibby (Bang Gang), Sophie Letourneur le Coréen Jeong Yong-jin (Gaby Baby Doll), Julia Ducournau l’Anglais Jim Williams (Grave). Avec ce renouveau revient le goût du thème, du motif, de la ritournelle, après des années où dominait une musique dite d’accompagnement, en retrait. Nous avons rencontré trois musiciens expérimentateurs : Olivier Marguerit, qui a créé le motif récent le plus entêtant (Diamant noir, une ritournelle rappelant le Maurice Jarre des Yeux sans visage), Rob, qui alterne entre France et Amérique, et Jean-Benoît Dunckel (Summer, Swagger), qui prolonge en solo la musique contemplative de Air.

Composition, le mot nous plaît aussi parce qu’il excède la musique elle-même. Chaque film impose sa composition visuelle, narrative et musicale. Parfois la musique précède l’image comme la dissonance sur l’écran noir de Jackie qui donne le « la » et nous fait descendre dans le film ; mais la richesse du film de Pablo Larraín est aussi de contrebalancer l’écriture de Levi par un extrait enjoué de la comédie musicale Camelot : une composition musicale est un montage. Parfois le film se fait opératique, comme entièrement pris dans la musique (The Neon Demon). Parfois, à l’inverse, la musique se fond dans l’image, c’est le miracle de la scène d’amour de Summer d’Alanté Kavaïté, créant un complexe sonore, fait de soupirs, d’un crescendo et du chant timide d’un oiseau niché dans la texture – images, corps, sons deviennent indémêlables. Chaque musique doit trouver sa place, sa hauteur, sa fréquence, ce que seul le cinéaste peut décider. Par exemple l’usage parcimonieux de la musique par Hong Sang-soo comme ponctuation discrète n’en est pas moins remarquable. La « composition », c’est donc autant l’invention d’une musique par un artiste que le montage auquel il se plie, avec les images, le récit, les sons, mais aussi d’autres thèmes et motifs, ceux du cinéaste. Composer, en français, c’est aussi « faire avec ». C’est la belle impureté de la musique de film qui obéit à un agencement : la composition de deux artistes, le montage, la collaboration entre un musicien et un cinéaste qui partagent leur vision.





Format : PDF
Langue : Français
Taille : 89,1 Mo
Nombre de fichiers : 1



BONNE LECTURE !

LIENS DE TÉLÉCHARGEMENT

Télécharger Cahiers du Cinéma N°731 (Mars 2017) PDF URL Raccourcie gratuitement

Cliquez ici pour télécharger la version FRANCAISE



TÉLÉCHARGER Cahiers du Cinéma N°731 (Mars 2017) PDF AVEC USENET (ANONYME&RAPIDE) 14 jours gratuits

↓↓↓ Cahiers du Cinéma N°731 (Mars 2017) PDF ↓↓↓
 
Seeders 61 Leechers 0 Téléchargements 364
 
Télécharger Dire merci! Signaler
Voir la liste des membres qui vous remercient
↑↑↑ Cahiers du Cinéma N°731 (Mars 2017) PDF ↑↑↑

Informations

Nom Cahiers du Cinéma N°731 (Mars 2017) PDF
Torrent Cahiers.du.Cinema.731[Mars.2017]-ROMSS2001.pdf.torrent
Catégorie Presse
Taille totale 89.17 MB
Info Hash 61687b53cce0bc75dd401b86457fa2a6eb821b46
Uploadé par Romss2001
Uploadé le 2017-03-12 15:42:38 (+00:00)
Visites 466
évaluation 4.8/5 (19 votes)

Liste des Fichiers

Path Size
Cahiers.du.Cinema.731[Mars.2017]-ROMSS2001.pdf 89.17 MB

Voir le NFO

*******************************************************************************
		      Cahiers du Cinéma N░731 (Mars 2017)
*******************************************************************************

-------------------------------------------------------------------------------
                              General Information
-------------------------------------------------------------------------------

Type.................: PDF
Platforme............: Windows
Taille...............: 89,1 Mo


-------------------------------------------------------------------------------
                               Post Information
-------------------------------------------------------------------------------

Numérisation.........: ROMSS2001


-------------------------------------------------------------------------------
                                 Release Notes
-------------------------------------------------------------------------------

    Fiche technique
    
    Nombre de page : 100
    Parution : Mars 2017
    Rédacteur en chef : Stéphane Delorme
    Editeur : Cahiers du Cinéma
    Format : PDF
    Langue : Franτais
    Taille : 89,1 Mo
    ISBN : 978-2-86-6429959

*******************************************************************************

Ajouter un commentaire

jemmy2017 ↑ 10.05 GB ↓ 3.93 GB Ratio: 2,55

ulotie ↑ 22.39 GB ↓ 16.97 GB Ratio: 1,31

Excellent comme d'habitude.

ulotie ↑ 22.39 GB ↓ 16.97 GB Ratio: 1,31

Excellent comme d'habitude.

ulotie ↑ 22.39 GB ↓ 16.97 GB Ratio: 1,31

Excellent comme d'habitude.

shalhoub ↑ 2.95 TB ↓ 1.55 TB Ratio: 1,89

enfin ! je commençais à désespérer. MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

shalhoub ↑ 2.95 TB ↓ 1.55 TB Ratio: 1,89

enfin ! je commençais à désespérer. MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Axxxor84 ↑ 1.95 TB ↓ 1.03 TB Ratio: 1,88

Merci beaucoup !

 
Loading...